Photos : comment Google s’est emparé de ma vie

Le problème est universel : comment puis-je conserver mes photos en toute sécurité ? Ces souvenirs qui retracent ma vie auxquels je tiens tant.
On a tous été confronté au moins une fois dans sa vie à la question du stockage de ses photos. Avec l’adoption des smartphones, la prise de photos s’est multipliée drastiquement et requiert des espaces de stockage de plus en plus importants. Se pose alors la question du coût.

Avant d’en arriver à la solution du cloud démocratisée par les géants du web, j’avais opté comme tout le monde pour un disque dur externe. Bien que rarement branché par peur qu’il ne me lâche, je n’étais jamais vraiment à l’aise avec cette configuration. Les risques étaient limités mais pas nuls (feu, vol, panne, etc). Certains ont bien opté pour la duplication de leurs données sur plusieurs DD répartis à différents endroits mais je n’en avais pas le courage.

devices-google-photos

Je me suis alors intéressé aux différentes solutions proposées sur la toile mais j’ai rapidement déchanté car stocker ses photos dans leur format original sans y perdre sa chemise était difficile. Après quelques essais sur Dropbox (pas adapté malgré leur tentative avec Carousel), le regretté StreamNation, Flickr (la référence pendant longtemps jusqu’à son changement de business model) ou encore Google+/Picasa. Outre la qualité du service et de son utilisabilité, je devais m’assurer que j’avais une bonne longueur d’avance avant de devoir casquer. Flickr semblait proposer l’équilibre le plus juste avec 1 To offert d’entrée, mais rien à faire, le simple fait d’avoir une limitation me freinait à m’investir pleinement dans l’élaboration de ma bibliothèque de photos numériques. J’ai finalement abandonné l’idée jusqu’à ce que Google transforme Picasa en Google Photos. La promesse était trop belle pour ne pas lui laisser sa chance : un stockage illimité pour des photos/vidéos en-dessous d’une certaine résolution ! A l’image de Free, Google a changé les règles en proposant la seule offre illimitée du marché.

Il est néanmoins important de nuancer cette notion d’illimité car comme l’indique le Centre d’aide de Google Photos, si vous dépassez une certaine résolution vos photos et vidéos seront au choix resizées ou stockées sur votre espace de stockage Google commun à Gmail, Google Drive, etc (15 Go offerts à l’ouverture de chaque compte Google).

size-google-photos

Pour ma part, la grande majorité de mes photos sont désormais prises depuis mon iPhone 6s et remplissent donc les conditions pour tomber dans la case « stockage illimité ». Joie !

Google Photos : une app mobile mais pas que

Les avantages de Google Photos ne s’arrêtent pas uniquement au stockage, ce serait mal connaître monsieur Google. En relançant son service photo, la firme de Moutain View a tenu à proposer une expérience unifiée et aboutie pour me donner le smile à chaque utilisation. Clairement, ça marche !

Ce que je vais décrire ci-dessous est donc commun aussi bien au desktop qu’au mobile.

Google Photos se découpe grosso modo en trois parties : votre timeline, vos albums et un assistant. Si la timeline ne bouscule pas les codes, les albums recèlent eux une fonction de tri automatique qui montre toute la puissance de l’IA de Google. Je pense notamment aux « thèmes » qui regroupent automatiquement vos photos de plage, de montagne, de burger, d’horizon et j’en passe. Le résultat est bluffant et semble avoir comme seule limite l’étendue de notre langage.
L’assistant, comme son nom l’indique, vous accompagne au quotidien dans la gestion de vos photos avec des notifications sur le partage d’albums, des suggestions de montage, d’animation, de filtre ou sur la synchronisation de vos photos dans le cloud, entre autres. On apprécie la démarche même si l’assistant gagnerait à mieux nous connaître pour nous faire gagner encore plus de temps.

La synchronisation parlons-en justement. Elle est au cœur de l’appli et pour cause, c’est ce pourquoi elle est devenue indispensable à mon quotidien. Ayant désactivé l’ « actualisation en arrière-plan » sous iOS (pour des raisons évidentes de batterie), j’ai pris l’habitude de lancer Google Photos pour démarrer la sauvegarde de mes derniers clichés. L’app vous permet de choisir entre la data de votre forfait ou le Wi-Fi, j’ai opté pour ce dernier pour préserver mes 5 Go de data.

J’ai omis de parler du partage d’albums/de photos et pourtant ce dernier est diablement efficace. En 3 tapotements seulement, vous êtes capable d’inonder vos proches de photos. Générer un lien de partage n’a jamais été aussi gratifiant pour moi !

Mais Google Photos c’est aussi une app qui grandit, qui s’améliore, qui apprend de ses utilisateurs (plus de 200 millions en mai dernier), qui permet de faire des recherches par emojis, bref s’il n’y a pas de solution ultime connue à ce jour, Google Photos est celle qui s’en rapproche le plus d’après moi.

Je vous invite à vous faire votre propre avis en la téléchargeant (et non je ne siège pas (encore) au conseil d’administration de Google) : App Store, Google Play, desktop

3 commentaires

  • Très bon article jeune roux.
    J’en suis également si je puis dire depuis la sortie. Je me tape tout de même à l’idée de passer sur Amazon étant Premium…
    Amazon est également illimité et prend la pleine résolution. Il serait peut être intéressant que tu nous teste ça entre deux post Facebook 😉

  • Bonjour,
    La question ne se pose-t-elle pas de ce que google peut faire avec toutes ces images qui reflètent notre vie ? Jusqu’où va le principe de données « PERSONNELLES », lorsque l’on sait que des annonces commerciales peuvent être proposées à partir de ce que laissent filtrer nos webcams ?
    L’outil est en effet alléchant, mais pose un certain nombre de questions loin d’être secondaires.
    Bonne Journée

    • Merci pour ce partage d’opinion Marx ! Il est clair qu’en utilisant cet outil, je donne le plein pouvoir à Google de « jouer » avec mes photos personnelles, c’est un compromis que j’ai accepté de faire pour bénéficier du stockage illimité, de leur reconnaissance faciale, d’applications mobile/desktop performantes et soignées, etc. Je pars du principe qu’une fois renseigné sur l’outil, il n’y a plus de mauvaise surprise. Le hic c’est que la majorité des utilisateurs n’ont pas conscience de certains paramètres. Reste l’option du payant qui résout bien des problèmes mais à titre personnel, je ne saurais en mesure de payer tous les services que j’utilise au quotidien pour préserver ma vie personnelle. C’est finalement un contrat de « confiance » que j’ai signé avec Google.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *