Nintendo Switch : mon avis après 1h de jeu

Tatsumi Kimishima ne mentait pas en annonçant en fin de conférence que des événements étaient organisés au quatre coins du globe pour s’essayer à la Nintendo Switch. Paris faisait partie des villes choisies pour en faire la démonstration et autant vous dire que je ne me suis pas fait prier pour aller me faire mon propre avis sur cette nouvelle console hybride. Direction le Grand Palais avec Mme Airben pendant un peu plus d’une heure où le nouveau Zelda, Mario Kart 8 Deluxe ou encore Splatoon 2 étaient présentés et jouables !

Après un bref arrêt au photobooth pour immortaliser cet instant historique (l’avènement d’une nouvelle console, c’est toujours quelque chose qu’on se le dise), nous nous sommes rués sur une borne d’essai Mario Kart 8 Deluxe mais pas n’importe laquelle, celle-ci permettait de jouer en écran splitté en mode nomade avec pour seuls contrôleurs les deux Joy-Con fournis avec le pack de base. D’une résolution de 720p, la « petite » taille de l’écran sublimait sans grande surprise MK8 Deluxe qui n’est autre que l’épisode Wii U avec 2x plus de contenu, rien que ça. Affublé d’un volant, nos Joy-Con étaient de fait plus confortables à manipuler. Il nous a fallu qu’une seule course pour nous rendre compte du potentiel multijoueur local qu’offrait la machine. Côte à côte à batailler pour la première place ! Même splitté, l’écran permettait de jouer dans des conditions plus que correctes, il est évident que je ne parcourrais pas la soixantaine de circuits d’une traite avec Mme Airben mais par contre, je me vois déjà en extérieur à taquiner collègues et amis sur un Aéroport Azur ou une Piste aux délices. Seul regret sur cet essai de circuit, le contrôle de nos karts se faisait via la gyroscopie, un affront pour un épisode Mario Kart. 😉

volant-joy-con
Remis de nos émotions, nous avons enchaîné sur trois des mini games proposés par 1-2 Switch. Vendue 50 euros, cette compilation aurait clairement dû être offerte avec le pack car ce sont des expériences de jeu courtes, simples, qui mettent en valeur les capacités techniques des Joy-Con, à l’image de ce qu’avait pu proposer Wii Sports à la sortie de la Wii.
Comme son nom l’indique, 1-2 Switch nous met face à face avec un pote dans des mini jeux loufoques où regarder l’écran devient presque optionnel. Dragonnes resserrées, nous avons attaqué par « Copy Dance » où nous avons dû copier à tour de rôle une pose imaginée par l’autre et ce à trois reprises. Grâce à la caméra placée à l’intérieur des Joy-Con, le contrôleur est censé comprendre si la position est correctement reproduite. Sur l’instant, j’ai pris plus ça pour un prétexte à l’amusement car je doute sérieusement qu’une telle précision soit possible avec un seul Joy-Con en main. Pas forcement séduit par ce premier essai, nous nous sommes rabattus sur « Ball Count » et « Milk » (un gros brainsto’ a été nécessaire pour l’élaboration de ces noms). Le premier était pour le coup plus subtile donc plus intéressant. Le mini jeu nous faisait croire, par des vibrations, que des billes était emprisonnées à l’intérieur du Joy-Con grâce aux différents capteurs de ces derniers. Il nous était demandé de le pencher afin de déterminer le nombre de billes présentes. Une fois un chiffre choisi à l’aide du joystick, il ne restait plus qu’à poser le Joy-Con sur une surface pour valider notre choix et le roulement de tambour commença révélant qui de nous deux était dans le juste. On s’est clairement pris au jeu car on percevait véritablement le roulement des billes à l’intérieur du Joy-Con.
« Milk », quant à lui, nous transportait à la ferme où une vache nous attendait pour la traite. Avec un geste allant de haut en bas et des pressions sur les gâchettes des Joy-Con sur un rythme bien précis, nous remplissions des verres de lait jusqu’à la fin du compteur. Décalé, le jeu l’est encore plus quand on oublie l’écran et que l’on regarde droit dans les yeux son adversaire avec la vache qui meugle en fond !
Ce 1-2 Switch est clairement une démonstration technologique des Joy-Con qui pourra trouver sa place en soirée entre amis après quelques verres descendus. Dommage encore une fois qu’il soit vendu si cher, vendu tout court même.

Après avoir prit notre dose de calcium, nous avons pris la direction d’un des stands les moins sexy et qui cachait pourtant l’une des plus belles surprises de cet événement : Snipperclips. Ce jeu coopératif met en scène deux bonshommes en papier qui tentent de résoudre des « énigmes » dans différent tableaux. La collaboration est au cœur de ce petit jeu haut en couleur vendu 20 euros. Parmi les quelques actions menées pour marquer un panier ou tailler un crayon, des objectifs somme toute normale, il nous a fallu nous couper mutuellement ou nous faire bondir pour atteindre des interrupteurs hors de portées. Ça peut paraître simplet à la lecture de cet article mais couper la bonne forme afin que son acolyte puisse rentrer dans un interstice ou être suffisamment pointu pour percer des ballons peut vite tourner au fiasco. Fort heureusement, la simple pression d’une touche permet de retrouver sa forme d’origine. Ouf !
Snipperclips montre tout le savoir-faire de Nintendo en terme de game design, les Joy-Con étaient dans ce cas présent relégués au statut de simples manettes.
Sous-titré « Les deux font la paire », Snipperclips fera partie pour sûr de ma ludothèque virtuelle Switch en mars prochain !

event-nintendo-switch

Pressés par le temps, nous ne pouvions pas décemment quitter les lieux sans poser les mains (surtout les miennes) sur The Legend of Zelda : Breath of the Wild. A peine le temps de courir et de faire faire 2/3 sauts à notre ami Link que notre Uber était déjà prêt à nous embarquer. Nous avions choisi une borne d’essai bien spécifique là encore afin de pouvoir s’essayer cette fois au transfert d’écran entre celui d’une télé et celui de la Switch. Les Joy-Con étant fixés à l’écran de la Switch pour des raisons de sécurité, je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de les déclipser, ce qui m’aura tout de même permis de prendre en main la Manette Nintendo Switch Pro dont l’ergo m’a paru de bonne facture.
J’aurais finalement plus vu le jeu tourné sur l’écran de la Switch et je peux vous dire que The Legend of Zelda : Breath of the Wild, en 720p du coup, est beau et fluide. Rassuré ? 🙂

nintendo-switch-joy-con

Je n’ai pas vu cette heure de jeu passer tant il était excitant de découvrir la « nouvelle » philosophie de jeu de Nintendo. Je suis sorti enthousiaste malgré des pricing prohibitifs et un line-up tristoune. Ma précommande Amazon est toujours d’actualité et j’ai hâte de pouvoir me perdre dans la nouvelle interface de la console et dans les terres d’Hyrule pour vous en dire plus. Rendez-vous le 3 mars prochain pour un nouvel article sur la Switch !

Merci à laboitecom et tout particulièrement à Vincent D. de nous avoir permis de goûter au futur de Nintendo.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *